Histoire du gouvernement parlementaire en France, 1814-1848, Volumen7

Portada
Michel Lévy frères, 1865
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 507 - ... puisqu'elles ne sont adressées qu'aux fidèles de leur diocèse , et ne doivent avoir pour objet que de les instruire des devoirs religieux qui leur sont prescrits ;
Página 220 - Mon cher ami, la nuit porte conseil : il ne serait bon ni 'pour vous ni pour moi que j'acceptasse dans ce moment le portefeuille des affaires étrangères. Vous avez été excellent pour moi , et je n'ai pas toujours eu à me louer de M. de Montmorency , mais enfin il passe pour être mon ami ; il y aurait quelque chose de déloyal à moi à prendre sa place , surtout après...
Página 295 - Non, je ne me séparerai jamais des monarques auxquels je suis uni : il doit être permis aux rois d'avoir des alliances publiques pour se défendre contre les sociétés secrètes. Qu'est-ce qui pourrait me tenter? Qu'ai-je besoin d'accroître mon empire ? La Providence n'a pas mis à mes ordres huit cent mille soldats pour satisfaire mon ambition, mais pour protéger la religion, la morale et la justice, et pour faire régner ces principes d'ordre sur lesquels repose la société humaine.
Página 132 - Vous sentez combien nous pouvons faire valoir cette circonstance. Ce Congrès a l'immense avantage de me ramener à Paris et toute cette politique ne signifie autre chose sinon que je meurs du besoin de vous voir.
Página 318 - Arrivé dans cette chambre par la volonté de » ceux qui avaient le droit de m'y envoyer, je ne » dois en sortir que par la violence de ceux qui » n'ont pas le droit de m'en exclure ; et, si cette » résolution de ma part doit appeler sur ma tête » de plus graves dangers, je me dis que le champ » de la liberté a été quelquefois fécondé par un
Página 296 - Drôme, s'est montré vaillant comme Henri IV. Le roi , avec une généreuse confiance , a remis la garde du drapeau blanc à des capitaines qui ont fait triompher d'autres couleurs : ils lui rapprendront le chemin de la victoire; il n'a jamais oublié celui de l'honneur. DISCOURS i SUR LA LOI j RELATIVE A L'EMPRUNT DE CENT MILLIONS, PRONONCÉ A LA CHAMBRE DES PAIRS, LE 15 MARS 1823 1.
Página 218 - M. le Comte, en donnant ces explications au cabinet de Madrid , vous lui direz que le gouvernement du Roi est intimement uni avec ses alliés dans la ferme volonté de repousser par tous les moyens les principes et les...
Página 508 - C'est un contrat dont la réprocité forme le lien... Si le fonctionnaire refuse au gouvernement les services qu'il attend de lui, il trahit sa foi, et rompt volontairement le pacte dont l'emploi qu'il exerce avait été l'objet et la condition. C'est la plus certaine et la plus irrévocable des abdications. Le gouvernement ne doit rien à celui qui ne lui rend pas ce qu'il lui doit...
Página 288 - Ne vous étonnez donc pas de ce que la guerre d'Espagne est si profondément impopulaire ; ce ne sont pas seulement les sacrifices qu'elle exigerait qui attristent cette généreuse nation; elle saurait bien les supporter, elle irait au-devant dans une cause qui serait la sienne ; mais elle sent...
Página 501 - Je voulais, moi, occuper les Français à la gloire, les attacher en haut, essayer de les mener à la réalité par des songes : c'est ce qu'ils aiment.

Información bibliográfica