Imágenes de páginas
PDF
EPUB

leurs tendres nourrissons pour échapper à leurs cris déchirants, et se noyer elles-mêmes ensuite. Un grand nombre d'Indiens allèrent aussi chercher la mort dans les flots, plutôt que de se livrera l'ennemi. Les autres, au nombre de quatre-vingt-quatre, hommes, femmes et enfants, se rendirent à discrétion et furent conduits à la capitale, où ils arrivèrent le 2 janvier 1700. Là, ils furent jugés et tous condamnés à mort, sauf les femmes et les enfants au-dessous àe douze ans, qui furent réduits en esclavage et répartis parmi les familles espagnoles (1).

Ainsi se termina la sanglante révolte des Indiens de San-Francisco de los Arenales. Cette mission, frappée d'anathème, ne se releva jamais plus de ses ruines, et il serait impossible d'en indiquer aujourd'hui le site certain. L'événement eut un grand retentissement en Espagne et dans toute l'Amérique espagnole. Il fut le sujet d'une légende versifiée dont le titre seul de Romance muy doloroso (2) ou romance (3) bien douloureuse, nous est parvenu, mais dont les principaux traits nous ont été conservés par les chroniqueurs auxquels nous empruntons ce récit. Nous continuons à suivre leurs chroniques dans le naïf exposé qu'ils nous ont laissé des faits postérieurs à la répression de la révolte.

(1) Fr. M. de Anguiano, Vicia île Fr. F. de Pamjiloua, liv. M, ch. x.\i, ms.

(2) E.-L. Joseph, History of Trinidad, part. II, chap. iv, p. 141.

(3) La romance espagnole était un poème en petits vers, simple et naïf; elle était divisée en strophes ou couplets. Le sujet en était ordinairement touchant; c'était un chant populaire dans lequel étaient célébrés les grands événements de l'histoire nationale.

Les soins apportés à la subjugation, au jugement et à l'exécution des Indiens révoltés, et la perturbation occasionnée dans les affaires publiques par la mort subite du gouverneur et des principaux fonctionnaires, n'avaient pas, à ce qu'il parait, laissé le temps au cabildo de s'occuper de l'inhumation des victimes dela révolte. Il n'eut le loisir de l'entreprendre qu'au mois d'avril de l'année 1701, seize mois après l'événement. Le 15 de ce mois, il décréta que les alcades, les religieux et les ecclésiastiques de la capitale et des environs se rendraient à la mission abandonnée, pour recueillir les ossements des victimes et les transporter à l'église de San-José de Oruna. Les commissaires se mirent immédiatement en route, accompagnés de témoins pouvant indiquer les lieux où reposaient les religieux, et de serviteurs chargés de cercueils et d'outils propres aux fouilles qu'ils avaient à entreprendre. A leur arrivée à la mission déserte, ils visitèrent les lieux où les religieux avaient subi'le martyre, et à leur grand étonnement, à l'église, au sentier du village et au seuil de la porte de la cuisine,.ils trouvèrent leur sang aussi frais que s'il venait d'être répandu. La tranchée dans laquelle les cadavres avaient été jetés fut ensuite déblayée, et, ô surprise merveilleuse! les corps se présentèrent aussi sains et aussi souples qu'au moment de la mort; le sang coulait des blessures liquide et vermeil. Cette conservation miraculeuse fut considérée comme le signe évident de la sainteté des religieux (1). Neuf ans plus

(1) Fr. M. He Aguiano, Vida de Fr. F. de Pamplona, liv. III, ch. xxi, ms,

tard, en 1710, le prodige fut même attesté par un acte public daté de San-José de Oruña, et remis au conseil suprême des Indes (1). Dans les chroniques que nous avons suivies, nulle mention n'est faite des corps du gouverneur, des fonctionnaires et des notables, ni même de celui du porte-bannière, lequel, cependant, avait été jeté, comme nous l'avons vu, dans la même tranchée que ceux des religieux.

D'après les mêmes chroniqueurs, les corps des Capucins, transportés en grande pompe a San-José de Orufia, chacun dans un cercueil distinct, demeurèrent exposés pendant neuf jours à l'église paroissiale de la ville, sans donner le moindre signe de décomposition. Durant le cours de la neuvaine, il y eut assaut de dévotions en l'honneur des saints martyrs; la piété des fidèles rivalisa avec le zèle des ecclésiastiques. Il s'éleva même, parmi ces derniers, une pieuse contestation pour l'inhumation des corps: les séculiers la demandèrent pour l'église paroissiale par droit de primauté; mais les religieux la réclamèrent pour la chapelle du couvent ou hospice de San-Antonio.(2), comme appartenant au même ordre religieux que les martyrs. Le cabildo, à qui fut déférée la question, eut à prononcer entre eux. Après de longs débats, il écarta le point de droit, pour la détermination duquel il se voyait incom

(1) Fr. A. Caulin, Historia de la N.-Andalucia, liv. II, chap. H, p. 112.

(2) Fr. M. de Anguiano, Vida de Fr. F. de Pamplona, liv. III, ch. xxi, ms. A ce couvent le R. P. donne par erreur le nom de San-Francisco, nom qui, nous l'avons vu, appartenait à celui do Santo-Tomé de Guayana.

pètent, et, n'entreprenant de résoudre que la question de convenance, il décida sagement que la où se faisait la neuvaine devaient aussi se faire les funérailles et l'enterrement.. Ce fut, en conséquence, à l'église paroissiale qu'eut lieu l'inhumation des corps. Les obsèques y furent célébrées avec toute la pompe et le cérémonial voulus; le cabildo en corps, les fonctionnaires, la troupe, la ville entière et la campagne y assistèrent. Les trois religieux reposent dans le chœur de l'église actuelle, cette construction nouvelle ayant été élevée sur l'emplacement de l'ancienne (1).

Toutes ces mortalités ayant réduit les religieux au nombre insuffisant de sept, dont quatre à la Triniddd, savoir: le révérend père Gabriel de Barcelona, le révérend père Tomâs de Barcelona, le révérend père Ignacio de Valfogina et le frère Gil de Villamayor, et trois à la Guyane, savoir: le révérend père José Francisco de Barcelona, le révérend père Bautista de Nigo et le révérend père Antonio de Prades, le père préfet se détermina à envoyer en Espagne, en 1700, le frère Gil de Villamayor, pour rendre compte à la province de Catalogne de l'état des missions de la Trinidad et de la Guyane, et en obtenir de nouveaux missionnaires. Deux ans après, le 5 avril 1702, il en arriva huit, savoir:

1° Le révérend père frère Francisco de Salira;

2° Le révérend père frère Bamon de Villafranca;

3° Le révérend père frère Angel de Matarol;

A0 Le révérend père frère Ambrosio de Julian;

(1) Fr. M. de Anguiano, Vida de Fr. F. de Pamplona, liv. III, ch. xxi, ms.

5° Le révérend père frère Gaspar de Roda;

6° Le révérend père frère Severo de Barcelona;

7° Le révérend père frère Juan Bautista de Valles;

8° Le frère Ambrosio de Llulix (1).

L'année suivante, 1703, il en arriva trois autres, conduits par le frère Gil de Villamayor, savoir:

1° Le révérend père frère José de los Prades del Bey; 2° Le révérend père frère Bautista de Monros; 3° Le révérend père frère Mateo de Argentin (2).

De ces dix-huit religieux, trois moururent pendant la période qu'embrasse le présent chapitre, savoir: le révérend père Tomâs de Barcelona, le 14 avril 1703; le révérend père Gabriel de Barcelona, le 8 février 1706; et le révérend père José Francisco de Barcelona, le 3 août 1706, le premier depuis vingt-deux ans, le second depuis dix-neuf ans, et le troisième depuis quatorze ans dans ces missions (3).

Au moyen de ces secours et de la vigilance exercée par le nouveau gouverneur, Don Francisco Ruiz de Aguirre, qui succéda en 1700 à l'infortuné Don José de Leon y Echales (4), les Indiens restèrent soumis, et les missions prospérèrent. La colonie ne fut inquiétée qu'une seule fois pendant toute la période que nous venons de parcourir, et voici comment. Au cours de la

(1) P. Balme, Definition de la provincia de Cataluna, notes ms.

(2) ld., ibid.

(3) ld., ibid.

(4) ld., ibid.

« AnteriorContinuar »