Tablettes du clergé et des amis de la religion, Volumen13

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 11 - Et ayant remarqué qu'il n'ya rien du tout en ceci, je pense, donc je suis, qui m'assure que je dis la vérité, sinon que je vois très clairement que pour penser il faut être, je jugeai que je pouvais prendre pour règle générale que les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement sont toutes vraies, mais qu'il ya seulement quelque difficulté à bien remarquer quelles sont celles que nous concevons distinctement.
Página 349 - ... dépendantes de l'Université, ou dans une des écoles secondaires ecclésiastiques, s'il n'a affirmé par écrit qu'il n'appartient à aucune congrégation religieuse non légalement établie en France.
Página 349 - Art. 2. Le nombre de ces écoles et la désignation des communes où elles seront établies seront déterminés par nous d'après la demande des archevêques et évêques, et sur la proposition de notre ministre des Affaires ecclésiastiques.
Página 131 - Il y aura recours au conseil d'État, dans tous les cas d'abus de la part des supérieurs et autres personnes ecclésiastiques. Les cas d'abus sont : l'usurpation ou l'excès de pouvoir, la contravention aux lois et règlements de la République, l'infraction des...
Página 244 - J'aperçois un enfant qui dort au sein des flots. Comme on dort au sein de sa mère ! « Il sommeille; et, de loin, à voir son lit flottant. On croirait voir voguer sur le fleuve inconstant Le nid d'une blanche colombe. Dans sa couche enfantine il erre au gré du vent; L'eau le balance, il dort, et le gouffre mouvant Semble le bercer dans sa tombe ! « Il s'éveille ; accourez, ô vierges de Memphis ! Il crie...
Página 245 - Des anges, devant Dieu, de leurs ailes voilés, Chanter les lyres éternelles. « Ne gémis plus, Jacob, sur la terre d'exil ; Ne mêle plus tes pleurs aux flots impurs du Nil : Le Jourdain va t'ouvrir ses rives. Le jour enfin approche où vers les champs promis Gessen verra s'enfuir, malgré leurs ennemis, Les tribus si longtemps captives. « Sous les traits d'un enfant délaissé sur les flots. C'est l'élu du Sina, c'est le roi des fléaux , Qu'une vierge sauve de l'onde. Mortels, vous dont l'orgueil...
Página 309 - Kn vain je parlerais le langage des anges ; En vain, mon Dieu, de tes louanges Je remplirais tout l'univers : Sans amour, ma gloire n'égale Que la gloire de la cymbale Qui d'un vain bruit frappe les airs.
Página 64 - L'homme n'est rien sans lui, l'homme, débile proie, Que le malheur dispute un moment au trépas. Dieu lui donne le deuil ou lui reprend la joie. Du berceau vers la tombe il a compté ses pas. Son nom, que des élus...
Página 244 - C'est peut-être un enfant d'Israël. .Mon père les proscrit : mon père est bien cruel De proscrire ainsi l'innocence ! Faible enfant! ses malheurs ont ému mon amour, Je veux être sa mère : il me devra le jour. S'il ne me doit pas la naissance.
Página 11 - Il ne me reste plus qu'un scrupule, qui est de savoir comment il se peut défendre de ne pas commettre un cercle, lorsqu'il dit que nous ne sommes assurés que les choses que nous concevons clairement et distinctement sont vraies qu'à cause que Dieu est ou existe.

Información bibliográfica