Imágenes de páginas
PDF

(7)

doute qu’il eût surpassé Pauteur du Devin du Village. p

Les puits creusés dans ce pays un peu aride ,

étoicnt les points de réunion de la jeunesse.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Là , dit Rousseau , se formèrent les premiers rendez-vous des deux sexes. Les jeunes filles venoient chercher de l'eau pour le ménage ; les jeunes hommes venoient abreuver leurs troupeaux. Là , des yeux accoutumés aux mêmes objets dès Pienfance , commencèrent à. en voir de plus doux. Le cœur s’émut à ces nouveaux objets 5 un attrait inconnu le rendit moins sauvage; il sentit le plaisir de n’être pas seul. Beau devint insensiblement plus nécessaire, le bétail eut soifplus souvent ; on arrivoit en hâte , et 1’on partoit à regret. Dans cet âge heureux où rien ne marquoit les heures, où rien nbblîgeoit à les compter , le temps n’avoit d’autre mesure que Pamusement et Pennui. Sous de vieux chênes vainqueurs des ans , une ardente jeunesse oublioit par degrés sa férocité ; on s’apprivoisoit peu à peu les uns les autres; en Æefforçant de se faire entendre , on apprit à s’expliquer. Là, se fixent les premières fêtes, les pieds bondissoient de joie , le geste empressé ne suffisoit plus, la voix Faccompagnoit d’accens passionnés; le

[ocr errors]

\ _

a: plaisir et le desir , confondus ensemble, se >> faisoient sentir à la fois. Là, fut enfin le vrai a: berceau des peuples; et du pur cristal des » fontaines sortirent les Premiers jèuæ de 1’a>= 1110111‘ v. _

Il ne manqueroit rien’ à cette charmante idylle , si les fIeuæ de l’amour qui sortent du cristal des fontaines ne portoient pas l’empreinte de la recherche et de Paffectation qu’on reproche justement a plusieurs écrivains du dixhuitième siècle. Examinons plus sérieusement les faits supposés par Rousseau, et n’oublions pas que ces jeunes gens si délicats, ces jeunes filles si coquettes , ne savent poiqt parler.

L’amour, tel que vient de le peindre Rousseau , ne peut naître que dans une société déja perfectionnée. Il a besoin , pour se développer, d’une décence de mœurs, sans laquelle on ne peut le concevoir. La v°1e sédentaire, les occupations paisibles , les soins maternels qui s’étendent jusqu’aux détails les plus minutieux , la modestie, la timidité , l’innocente coquetterie , qui peut s’y joindre , tout cela est nécessaire pour donner aux jeunes filles le charme qui inspire un amour délicat. Quand on se ren

contre on rougit; les yeux expriment ce que la

parole ne peut rendre 5- on cherche à. se revoir ;

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

on est aimé , et l’hymen couronne enfin des feux si purs. C’est ainsi que , dans la Genèse , sont racontés avec une touchante simplicité les amours de Jacob et de Rachel , et Pentrevue du serviteur d’Abrabam et de la eune Rebecca, qui dut à un acte d’humanité le choix glorieux qu’on fit d’elle pour Isaac. '

L’espèce de sauvages dont parle Rousseau , qui n’avoient pas même l'usage de la parole , pouvoit-elle éprouver et inspirer les sentimens que je viens de décrire? A supposer qu’une pareille peuplade ait pu exister , les besoins physiques n’étoient-ils pas l’unique règle de ses liaisons grossières ?

Au lieu d’attribuer à Tamoul‘ Porigine des langues , Rousseau , puisqu’il vouloit faire un système , n’auroit-il pas dû dire ‘que les premières paroles humaines furent produites par des adorations à PÊtre-Suprême , par la commisération’ gravée dans le cœur de l'homme, et parie besoin que le foible put avoir du fort? Ces sentimens doivent précéder l’amour.'Ie

système n’eût pas été plus juste , puisque , comme j'espère bientôt le démontrer, la faculté de parler nous a été donnée lors de la création 5

mais , en adoptant cette dernière hypothèse , il eût été moinsdéraisonnable. Ce qui pourroit encore contribuer à prouver l'erreur dans laquelle est tombé Rousseau , c'est que la langue des amans ne peut être jamais une langue usuelle. Tout le monde sait combien elle est bornée. Quoique les romanciers aient cherché à l'étendre , il n'en est pas moins vrai qu'elle ne roule que sur un très-petit nombre d'idées , et qu'elle emploie les mêmes expressions jusqu’à. la satiété. Ainsi les amans seuls auroient parlé, et le reste de la peuplade eût été muet. Il y auroit eu , comme en Egypte , un langage mys

térieux qui n'auroit été compris que par les

initiés , avec la seule différence, que les jeunes garçons et les jeunes filles auroient été les docteurs, et les vieillards les ignorans. Je n'ai pas besoin de pousser plus loin les conséquences. Mais , auroit-on pu dire à Rousseau , vous avez supposé un pays où les hommes n'avaient presqifaucun besoin, puisque le climat étoit doux , et puisque la terre , sans être cultivée , leur donnoit une subsistance abondante. On pourroit , en adoptant la base de votre système , vous accorder que les hommes ont pu y vivre quelque temps sans parler. Comment" appli

querez-vous votre théorie aux pays froids où

la nature ne donne ses bienfaits qu'aux travaux obstinés des hommes réunis? Rousseau a senti toute la force que pouvoit avoir cette objection, et il l’a prévenue, en convenant que , dans le nord , les langues ont pu être formées par les besoins. D’après cette idée , il pense que dans le midi, les premiers mots furent : aimez-moi, et dans le nord : aidez-moi. Delà, il conclut que les langues primitives du midi sont harmonieuses et poétiques , et celles du nord ,' dures et barbares. Il ajoute , en faveur des langues méridionales , q_u’elles sont pleines de figures , et il s’exagère l'effet que devoit produire Mahomet , en annonçant l’Alcoran dans la langue arabe.

Sans m’arrêter à la contradiction du système général , posé d’abord par Rousseau , et à l’im- ‘ mense exception qu’il a cru devoir y faire , je me contenterai d’observer que les langues les plus anciennes du midi ne sont pas plus douces que celles du nord. L'arabe , que Rousseau regarde comme une langue éloquente et cadencée , est un des idiomes les’ plus rudes qui existent. Chaque mot radical est composé de trois consonnes , sur lesquelles on met des signes qui ne se rapportent qu’à trois de nos voyelles. On sent quelle harmonie doit avoir une langue où l’on compte

« AnteriorContinuar »