Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors]

ÇRAMMAŸIIæE
GÉNÉRALEET

V RAŒONNÉE
ROYAL,

[ocr errors]

ARNAUL

[ocr errors]

PAR
" ' les Progrès

Précé
f de la’ Langlge

[ocr errors]

dée d’un Essa1 .
Françoise ,

[ocr errors]
[ocr errors]

ÔIfCOMMENTAIRE de M.
' té des Notes.

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

a

[ocr errors]
[ocr errors][graphic][ocr errors][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

rua

ËŒÆÇAVIS PRÉLIMINAIRE

[ocr errors]
[ocr errors]

Las progrès et la décadence d’une langue sont inséparables des progrès et de la décadence du goût. Pour s’assurer de Pétat dfune langue, il faut examiner si, dGPIIIS sa fixation , Pon n’a point altéré son génie , en introduisant de mauvaises cons

tructions , en inventant de nouveaux mots ,

en détournant Pacception des termes admis , en confondant les genres de style . voilà les signes auxquels on reconnaît la décadence des langues. La syntaxe est la même , quoique la langue ait changé

On trouvera dans Sénèque et dans Sihus des morceaux aussi corrects , quant a la syntaxe, que les passages les plus admlrés des Catilinaires et de PÉnéide; et cependant la langue de Sénèque et de SIhus n’étoit plus celle de Cicéron et de ‘Virgile. C’est sous ce rapport que äiconsidéré la

langue française.

Obligé de parler d’une multitude d’auteurs , j’ai dû être avare de citations. Te les ai donc bornées à celles qui étoient absolument nécessaires pour marquer les

changemens arrivés dans la langue. Quel;

quefois un grand écrivain ne ,m’en afourni aucune, parce qu’il eût été impossible de rapporter un passage isolé. J’ai plusieurs fois cité des vers , moins souvent de la prose. A peu d’exceptions près , la prose perd à être offerte par fragmens; les beaux vers n’ont point ce désavantage.

La Grammaire générale de Port-Royal n’est point faite pour l’enfance. Les deux hommes célèbres qui l’on't composée , l’ont destinée à la jeunesse. Lorsque l’on possède les élémens des langues anciennes et de sa propre langue , on a besoin, pour se perfectionner , d’étudier les principes généraux de la Grammaire raisonnée.

L’Essai que j’ai osé joindre à ce chef

d’ œuvre, est fait dans la même intention. Il a pour but (Pindiquer le génie de la langue frangoise , dont Arnauld et Lan

celot ont fixé les règles générales. ESSAI

a

[graphic][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

PLUSIEURS savans et quelques philosophes modernes ont fait des recherches sur Porigine des langues. Les premiers , soit en étudiant les hiéroglyphes égyptiens , et les monumens les plus anciens de l’Asie , soit en consultant les voyageurs sur les divers idiomes du NouveauMonde, ont marché Œanalogie en analogie, et se sont flattés d’avoir trouvé les traces d’une langue primitive. Mais la diversité de leurs systèmes, le peu (Paccord de leurs opinions , même dans les points où ils auroient pu se rapprocher davantage , prouvent que , si leurs travaux ont été de quelqufixtilité pour éclaircir des doutes sur les peuples anciens, ils n’ont presque fait A.

« AnteriorContinuar »