Imágenes de páginas
PDF
EPUB

servèrent pas plus long-temps la langue qu'elles avoient reçue des Romains. Sous la première race de nos rois, sous Charlemagne et sous Louis le Débonnaire, le langage du peuple fut le roman rustique, c'est-à-dire un latin extrêmement altéré. Le tudesque , idiome des vainqueurs, fut parlé à la cour et par les grands. Sous' Charles le Chauve , il commença à se former un langage composé de tudesque et de latin, qui fut appelé langue romane. C'est dans ce temps que les Bénédictins placent l'origine des romans, c'est-à-dire des ouvrages écrits dans la langue nouvellement formée. Ce nom de roman a depuis été donné aux narrations d'événemens imaginés. Le plus ancien monument de la langue romane est un traité entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, cité par le président Hénault.

Les peuples de la France et de l'Italie étoient alors plongés dans l'ignorance la plus profonde; aucune relation n'existoit entre les différentes provinces ; les liens du commerce n'unissoient point les hommes ; et les seuls ecclésiastiques, chargés de rédiger en latin les actes publics, avoient conservé quelques connoissances littéraires. Les croisades tirèrent l'Europe de cette apathie, et étendirent les connoissances de ses

habitans. Ces expéditions lointaines , où les peuples purent remarquer des usages nouveaux pour eux, des inventions qui leur étoient inconnues; les sites délicieux de l'Asie mineure, un climat doux, l'aspect des monumens de l'antiquité, důrent développer les facultés intellectuelles de ces conquérans, et leur inspirer du goût pour les arts agréables. On peut justement attribuer à cette impulsion les talens oratoires de saint Bernard qui , dans les plaines de Vézelay, harangua en françois des milliers d'auditeurs. Un siècle qui produisit des hommes tels que Pierre le Vénérable et Abailard, une femme telle qu'Héloïse, n'étoit pas, un siècle entière. ment barbare. !

Constantinople étoit l'unique séjour où les belles-lettres se fussent conservées. Au milieu des horreurs qui souillent si souvent les fastes de l'Empire, l'esprit de société n'avoit point été détruit. Les institutions des premiers empereurs chrétiens y subsistoient encore ; et, malgré la corruption des moeurs, malgré les fréquentes révolutions du palais, le peuple de Bisance avoit conservé ce vernis d'élégance et d'urbanité qui distingue les nations policées. Ces moeurs étoient absolument étrangères aux peuples de l'occident. On cultivoit à Constantinople les arts d'agrément; la poésie et l'éloquence y étoient honorées ; et la langue grecque, quoique dégénérée, prêtoit toujours aux ouvrages d'esprit ses grâces et son harmonie.

Lorsque Baudouin, comte de Flandre, aidé par les Génois et par les Vénitiens, monta sur le trône des Comnènes, les trois nations se familiarisèrent avec le peuple de Constantinople. Pendant l'empire latin qui dura un peu plus d'un demi-siècle, il est à croire qu'elles puisèrent au centre des arts et des belles lettres, les germes du goût qu'elles développèrent dans la suite. Les liens que les François contractèrent avec les familles grecques, la préférence que les femmes accordoient à ces chevaliers dont elles aimoient à polir les manières un peu sauvages, la nécessité où ils étoient d'apprendre la langue des réunions brillantes où ils étaient admis, dûrent leur faire sentir la dureté et la barbarie de leur idiome ; et de ce mélange trop court d'un peuple guerrier, avec une nation livrée aux arts paisibles, dut naître, pour la France qui étoit alors la métropole de ces foibles débris de l'empire grec, un progrès rapide vers le perfectionnement de la société. Le commerce maritime que les Vénitiens établirent entr'eux et Constantinople qui se trouvoit l'entrepôt de tout

[ocr errors]

le levant, contribua à enrichir l'Italie , à la rendre moins barbare ; et le midi de la France jouit des mêmes avantages.

Les livres d'Aristote avoient été retrouvés vers la fin du onzième siècle. Presque tous les auteurs attribuent à cette découverte l'introduction dans la langue romane, de plusieurs mots grecs que les Romains n'avoient pas adoptés. Je pense que le séjour des François dans la Grèce, influa beaucoup plus sur cette variation de leur langue. En effet, une révolution de ce genre, dans le langage d'un peuple, se fait plutôt par l'impulsion donnée à la multitude , que par les efforts des savans; et ce qui sert à fonder cette conjecture, relativement au peuple dont je parle, c'est qu'à cette époque, les savans seuls étoient en état de lire Aristote , tandis que le peuple entier avoit des relations avec les vainqueurs des Grecs. D'ailleurs, on sait qu'alors les livres sérieux étoient écrits en latin, langue inconnue à la multitude. Les mots grecs ne purent donc se répandre par ce moyen dans la langue vulgaire.

L'époque des croisades nous offre les premiers monumens de la poésie françoise. Thibault, comte de Champagne, et le châtelain de Coucy chantèrent leur amour dans cette langue informe. L'un, égaré par une passion

qui ne fut jamais partagée, composa pour la reine Blanche , mère de saint Louis , plusieurs chansons qui ont été conservées. L'autre , qui fit le malheur de la fameuse Gabrielle de Vergy, lui adressa aussi des vers. Leur idiome étoit bien peu propre à exprimer de tels sentimens. Tous les mots dont les terminaisons s'expriment aujourd'hui par la syllabe ueil , finissoient par le son dur de oil. Ainsi, au lieu de dire orgueil, accueil , sommeil, on disoit : orgoil, accoil , sommoil. Les mots en eur se terminoient en our; ainsi , au lieu de dire douceur, douleur, on disoit : douçour, doulour (1). On se permettoit de retrancher une partie des mots, ce qui rend ce jargon presque inintelligible ; enfin les verbes n'avoient pas de conjugaisons fixes , et chaque auteur se formoit des règles particulières. · Joinville écrivit en prose l'histoire de la guerre dans laquelle il s'étoit signalé. Son langage étoit si peu intelligible , même sous le règne de François 1'', qu'à cette époque on le traduisit. Nous ne lisons plus aujourd'hui que cette traduction. Le Roman de la Rose, attribué

(1) Les sons age , agne, se prononçoient comme aige a aigne.

« AnteriorContinuar »