Les proverbes et locutions de la langue française: leurs origines et leur concordance avec les proverbes et locutions des autres nations

Portada
Delagrave, 1888 - 304 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

Crítica de los usuarios - Marcar como inadecuado

bONJOUR,
IL MANQUE QUELQUES PAGES A NUMÉRISER ET D'AUTRES SONT INCOMPLETES.
IL DEVRAIT Y AVOIR UNE RÉ-ÉDITION DE CE LIVRE FASCINAT ET UNE NUMÉRISATION DE SES SOURCES.
MERCI.
 

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 256 - Deux mois après que ce cavalier fut parti, dans le temps de ma plus grande faveur, nous eûmes une chaude alarme au palais épiscopal ; l'archevêque tomba en apoplexie. On le secourut si promptement, et on lui donna de si bons remèdes, que quelques jours après il n'y paraissait plus. Mais son esprit en reçut une rude atteinte.
Página 257 - Je vous entends, répliqua-t-il. Je vous parais baisser, n'est-ce pas? Tranchez le mot. Vous croyez qu'il est temps que je songe à la retraite? — Je n'aurais pas été assez hardi, lui dis-je pour vous parler si librement, si Votre Grandeur ne me l'eût ordonné.
Página 256 - Comment donc, mon ami, répliqua-t-il avec étonnement, aurait-elle trouvé quelque Aristarque*? Non, monseigneur , lui repartis-je, non : ce ne sont pas des ouvrages tels que les vôtres que l'on ose critiquer. Il n'ya personne qui n'en soit charmé. Néanmoins, puisque vous m'avez recommandé d'être franc et sincère, je prendrai la liberté de vous dire que votre dernier discours ne me paraît pas tout à fait de la force des précédents. Ne pensez-vous pas cela comme moi?
Página 254 - Que ne puis-je vous donner mon expérience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands, et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait peine à imaginer, et qu'il n'ya que le secours de Dieu qui m'empêche d'y succomber?
Página 85 - Les autres médecins en font consister la connaissance dans mille sciences pénibles : et moi, je prétends t'abréger un chemin si long, et t'épargner la peine d'étudier la physique, la pharmacie, la botanique et l'anatomie. Sache, mon ami, qu'il ne faut que saigner et faire boire de l'eau chaude : voilà le secret de guérir toutes les maladies du monde.
Página 261 - S'il suffisait, pour devenir le riche héritier d'un homme qu'on n'aurait jamais vu, dont on n'aurait jamais entendu parler, et qui habiterait le fin fond de la Chine, de pousser un bouton pour le faire mourir... qui de nous ne pousserait pas ce bouton et ne tuerait pas le mandarin?...
Página 257 - Désormais je choisirai mieux mes confidents ; j'en veux de plus capables que vous de décider. Allez, poursuivit-il en me poussant par les épaules hors de son cabinet, allez dire à mon trésorier qu'il vous compte cent ducats, et que le ciel vous conduise avec cette somme! Adieu, monsieur Gil Blas, je vous souhaite toutes sortes de prospérités, avec un peu plus de goût.
Página 286 - Trop d'audace est témérité , Trop d'économie avarice : Trop de bien devient un fardeau, Trop d'honneur est un esclavage , Trop de plaisir mène au tombeau , Trop d'esprit nous porte dommage : Trop de confiance nous perd , Trop de franchise nous dessert ; Trop de bonté devient faiblesse, Trop de fierté devient hauteur, Trop de complaisance bassesse , Trop de politesse fadeur.
Página 286 - ... est indolence, Trop d'activité turbulence, Trop d'amour trouble la raison, Trop de remède est un poison, Trop de finesse est artifice, Trop de rigueur est cruauté, Trop d'audace est témérité, Trop d'économie avarice : Trop de bien devient un fardeau, Trop d'honneur est un esclavage, Trop de plaisir mène au tombeau, Trop d'esprit nous porte dommage Trop de confiance nous perd, Trop de franchise nous dessert, Trop de bonté devient faiblesse, Trop de fierté devient hauteur, Trop de complaisance...
Página 84 - Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le baudet. Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. Sa peccadille fut jugée un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! Rien que la mort n'était capable D'expier son forfait. On le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Información bibliográfica