Histoire de la Restauration, Volumen8

Portada
Jacques Lecoffre, 1872
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 537 - Le jour où le gouvernement n'existera que par la majorité de la Chambre; le jour où il sera établi en fait que la Chambre peut repousser les ministres du Roi, et lui en imposer d'autres qui seront ses propres ministres, et non les ministres du Roi ; ce jourlà, c'en est fait, non pas seulement de la Charte, mais de notre royauté...
Página 396 - ... de votre peuple, la condition indispensable de la marche régulière des affaires publiques. Sire, notre loyauté, notre dévouement nous condamnent à vous dire que ce concours n'existe pas.
Página 382 - Si de coupables manœuvres suscitaient à mon gouvernement des obstacles, que je ne peux pas, que je ne veux pas prévoir, je trouverais la force de les surmonter dans ma résolution de maintenir la paix publique, dans la juste confiance des Français et dans l'amour qu'ils ont toujours montré pour leur roi.
Página 396 - Sire, notre loyauté, notre devouement, nous condamnent à vous dire que ce concours n'existe pas. « Une défiance injuste des sentiments et de la raison de la France est aujourd'hui la pensée fondamentale de l'administration; votre peuple s'en afflige parce qu'elle est injurieuse pour lui, il s'en inquiète parce. qu'elle est menaçante pour ses libertés.
Página 416 - que vous disiez : les prérogatives du Roi sont sacrées, • si, en même temps, vous prétendez le contraindre » dans l'usage qu'il doit en faire! Ce triste contraste n'a • d'autre effet que de reporter la pensée vers des temps • de funeste mémoire. Il rappelle par quel chemin un • roi malheureux fut conduit, au milieu des serments » d'obéissance et des protestations d'amour, à changer » contre la palme du martyre le sceptre qu'il laissa • choir de ses mains ! Je ne m'étonne pas...
Página 303 - Nicolas : nos ennemis nous sollicitent, nous préférons la paix à la guerre; nous désirons garder la neutralité; mais enfin si vous ne pouvez vider vos différends avec la Porte que par les armes, si vous voulez aller à Constantinople, entrez avec les puissances chrétiennes dans un partage équitable de la Turquie européenne. Celles de ces puissances qui ne sont pas placées de manière à s'agrandir du côté de l'Orient recevront ailleurs des dédommagements. Nous voulons avoir la ligne...
Página 370 - France, osait-il dire, doit être bien désenchantée des personnes : elle a aimé le génie, et elle a vu ce que lui a coûté cet amour! Des vertus simples, modestes, solides, qu'une bonne éducation peut toujours assurer chez l'héritier du trône, qu'un pouvoir limité ne saurait gâter, voilà ce qu'il faut à la France! voilà ce qu'elle souhaite...
Página 396 - ... promesses. Entre ceux qui méconnaissent une nation si calme, si fidèle, et nous qui , avec une conviction profonde , venons déposer dans votre sein les douleurs de tout un peuple jaloux de l'estime et de la confiance de son roi , que la haute sagesse de Votre Majesté prononce! Ses royales prérogatives ont placé dans ses mains les moyens d'assurer entre les pouvoirs de l'État cette harmonie constitutionnelle, première et nécessaire condition de la force du trône et de la grandeur de...
Página 45 - Chambre entière ; il m'aurait été doux que sa réponse eût pu être unanime. « Vous n'oublierez pas, j'en suis sûr, que vous êtes les gardiens naturels de la majesté du trône, la première et la plus noble de vos garanties. Vos travaux prouveront à la France votre profond respect pour la mémoire du souverain qui...
Página 396 - Sire, la charte que nous devons à la sagesse de votre auguste prédécesseur, et dont Votre Majesté a la ferme volonté de consolider le bienfait, consacre comme un droit l'intervention du pays dans la délibération des intérêts publics. Cette intervention devait être...

Información bibliográfica