Mémoires de l'Académie celtique: ou, Mémoires d'antiquités celtiques, gauloises, et françaises, Volumen4

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 46 - Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange. Prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats, sans être emporté, compatissant comme s'il n'avait jamais été que malheureux, il n'est pas donné à l'homme de pousser plus loin la vertu...
Página 415 - Le clergé se rend en grande pompe au lieu de la cérémonie, allume le feu, entonne quelques chants, et se retire ; ensuite les assistants s'en emparent, sautent par dessus, et emportent chez eux quelques tisons, qu'ils placent sur le ciel de leur lit, comme un préservatif contre la foudre. 28. La veille...
Página 46 - IX paraissait un prince destiné à réformer l'Europe, si elle avait pu l'être ; à rendre la France triomphante et policée , et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte ; et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange : prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats...
Página 492 - Rechercher quels ont été les peuples qui ont habité les Gaules cisalpine et transalpine •aux différentes époques de l'histoire antérieures à...
Página 70 - Toulouso, 1781, in-12, p. 25. lets, êtres invisibles qui s'attachent aux animaux, surtout aux chevaux dont ils tressent les crins de façon qu'il est très difficile de les démêler ensuite. Ces esprits sont appelés dans différentes provinces de France follets, lutins, sotraysou crions (1).
Página 74 - Les lois maritimes, quelques sévères qu'elles soient, n'ont pu mettre encore nu frein à cette rapacité. Je ne laisserai point à l'écart une observation que je fis en visitant quelques églises; je remarquai des ouvertures étroites pratiquées dans l'épaisseur d'un des piliers ; j'appris que c'étaient des espèces de filières appelées veyrines , par où l'on faisait passer les personnes attaquées de douleurs de rhumatisme ou paralysées, pour les guérir ou du moins pour les soulager dans...
Página 74 - Veyrines, par où l'on faisait » passer les personnes attaquées de douleurs de rhuma» tisme ou paralysées, pour les guérir ou du moins pour » les soulager dans leurs souffrances. On faisait faire » d'abord au malade, neuf fois le tour du pilier, en récitant » quelques prières ; il passait ensuite, la tête la première, » dans l'ouverture, puis on le poussait par les pieds. » Malheur à celui dont l'embonpoint obstruait le passage ; » ce n'était point sans peine qu'on l'en arrachait....
Página 242 - Comment que j'ouvrirais ? Je suis au lit [couchée, Auprès de mon mari, la première nuitée. Attendez à demain, la fraîche matinée...
Página 80 - Celui qui consentait à passer pour un avéré c... , portait une bannière surmontée de bois de cerf et ornée de rubans jaunes. Le jaune est la couleur symbolique du cocuage , et beaucoup de femmes l'excluent encore de leur toilette, pour éviter les plaisanteries qu'on pourrait leur faire à ce sujet. Les hommes invités à la procession de Saint Gengoult , et qui consentaient à s'y rendre, portaient de gros bouquets jaunes ornés de rtilpns de la même couleur.

Información bibliográfica