Collection des mémoires relatifs à la Revolution française, Volumen46,Página 2

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 92 - L'Assemblée nationale, considérant qu'appelée à fixer la constitution du royaume, opérer la régénération de l'ordre public, et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empêcher qu'elle ne continue ses délibérations dans quelque lieu qu'elle soit forcée de s'établir, et qu'enfin partout où ses membres sont réunis, là est l'Assemblée nationale...
Página 29 - Et le droit sans lequel tous les autres sont inutiles ; celui de n'être arrêté , par quelque ordre que ce soit, que pour être remis sans délai entre les mains des juges...
Página 104 - Oui , monsieur, nous avons entendu les intentions qu'on a suggérées au roi , mais vous, qui ne sauriez être son organe auprès de l'Assemblée nationale, vous qui n'avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n'êtes pas fait pour nous rappeler son discours.
Página 29 - Le droit des cours de vérifier dans chaque province les volontés du Roi et de n'en ordonner l'enregistrement qu'autant qu'elles sont conformes aux lois constitutives de la province...
Página 74 - La nature a fait les hommes libres et égaux; les distinctions nécessaires à l'ordre social ne sont fondées que sur l'utilité générale. Tout homme naît avec des droits inaliénables et imprescriptibles; tels sont la liberté de toutes ses opinions...
Página 105 - ce que vous venez d'entendre pourrait être le « salut de la patrie, si les présents du despotisme « n'étaient pas toujours dangereux. Quelle est « cette insultante dictature ? l'appareil des armes, «la violation du temple national, pour vous « commander d'être heureux ! Qui vous fait ce «commandement?
Página 106 - force militaire environne les états ! où sont les ennemis de la nation? Catilina est-il à nos portes? Je demande qu'en vous couvrant de votre dignité, de votre puissance législative, vous vous renfermiez dans la religion de votre serment; il ne nous permet de nous séparer qu'après avoir fait la constitution.
Página 74 - Le principe de toute souveraineté réside dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut avoir une autorité qui n'en émane expressément.
Página 92 - Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l'instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeront, jusqu'à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides...
Página 127 - ... dans un seul service rendu à la cause de l'humanité, que la réunion de tous ses ennemis, que même l'ingratitude du peuple ne peuvent jamais causer de tourmens. Que deviendra cependant la révolution...

Información bibliográfica