OEuvres poétiques de N. Boileau suivies d'œuvres en prose, pub, Volumen1

Portada
Librairie des bibliophiles, 1876
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 192 - Jamais Iphigénie, en Aulide immolée, N'a coûté tant de pleurs à la Grèce assemblée Que dans l'heureux spectacle à nos yeux étalé En a fait sous son nom verser la Champmeslé 2.
Página 50 - Car, sitôt que du soir les ombres pacifiques D'un double cadenas font fermer les boutiques; Que, retiré chez lui, le paisible marchand Va revoir ses billets et compter son argent; Que dans le Marché-Neuf tout est calme et tranquille, Les voleurs à l'instant s'emparent de la ville. Le bois le plus funeste et le moins fréquenté Est, au prix de Paris, un lieu de sûreté.
Página 109 - Qui s'occupent du bien en tout temps , en tout lieu, .l'en sais une , chérie et du monde et de Dieu , Humble dans les grandeurs, sage dans la fortune , Qui gémit , comme Esther, de sa gloire importune , Que le vice lui-même est contraint d'estimer, Et que sur ce tableau d'abord tu vas nommer • . Mais, pour quelques vertus si pures , si sincères , Combien y trouve-t-on d'impudentes faussaires.
Página 50 - On dirait que le ciel , qui se fond tout en eau, Veuille inonder ces lieux d'un déluge nouveau.
Página 76 - Gardez-vous, dira l'un, de cet esprit critique : On ne sait bien souvent quelle mouche le pique. Mais c'est un jeune fou qui se croit tout permis, Et qui pour un bon mot va perdre vingt amis *. Il ne pardonne pas aux vers de la Pucelle, Et croit régler le monde au gré de sa cervelle.
Página 23 - J'envie , en écrivant , le sort de Pelletier ' . Bienheureux Scudéri 3, dont la fertile plume Peut tous les mois sans peine enfanter un volume ! Tes écrits , il est vrai , sans art et languissants , Semblent être formés en dépit du bon sens ; Mais ils trouvent pourtant, quoi qu'on en puisse dire, Un marchand pour les vendre , et des sots pour les lire...
Página 194 - Moi-même, dont la gloire ici moins répandue Des pâles envieux ne blesse point la vue, Mais qu'une humeur trop libre, un esprit peu soumis, De bonne heure a pourvu d'utiles ennemis...
Página 193 - L'un défenseur zélé des bigots mis en jeu, Pour prix de ses bons mots le condamnait au feu. L'autre, fougueux Marquis, lui déclarant la guerre, Voulait venger la Cour immolée au parterre.
Página 22 - Je pourrais aisément, sans génie et sans art, Et transposant cent fois et le nom et le verbe, Dans mes vers recousus mettre en pièces Malherbe.
Página 58 - De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air , Qui marchent sur la terre , ou nagent dans la mer , De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, Le plus sot animal , à mon avis , c'est l'homme.

Información bibliográfica