Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes, Volumen1,Tema 2

Portada
Grimbert et Dorez, 1830

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Contenido


Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 3 - A l'orient, celle des forêts s'étend sur la frontière, du sud-ouest au nord-est $ après elle, vient la région des carrascos, qui est fort élevée, et où le...
Página 104 - ... qui l'entourent, ne va guère au delà d'un pied. Comme certaines colonnes il est plus renflé au milieu de la base, le plus souvent il grossit déjà à peu de distance de terre et à sa partie supérieure il va en diminuant à la manière d'un Fuseau. Son écorce luisante et roussâtre n'est pas fendue, mais elle porte des tubercules gris qui sont les restes des épines dont l'arbre était chargé pendant sa jeunesse. Dans toute sa longueur le tronc qui atteint une grand élévation, ne présente...
Página 391 - Spix). Ce beau poisson atteint à peine deux pieds de longueur; mais il va par bandes, et a les mâchoires armées de dents triangulaires et tranchantes. Lorsqu'un animal ou un homme tombe dans l'eau, il est ordinairement attaqué dans l'instant même par les piranhas. Leur morsure est tellement prompte et si vive qu'on la sent aussi peu que la coupure d'un rasoir; c'est du moins ce que...
Página 389 - Alors la surface de la terre n'offre qu'une poussière fine qui brûle la plante des pieds; une vapeur rougeâtre obscurcit l'air ; les sables qui bordent le fleuve réfléchissent les rayons du soleil, et ils échauffent encore l'atmosphère. Vers la fin d'août et au commencement de septembre , on met le feu aux herbes des pâturages ; c'est l'époque à laquelle les pluies commencent.
Página 97 - Momordica. eux. Il est important de constater ce qu'est cette végétation si brillante et si variée, avant qu'elle soit détruite ; aussi , dans mes divers ouvrages , ai-je souvent donné sur ce sujet des détails qui, s'ils ne sont pas aujourd'hui sans intérêt, deviendront bien plus intéressans encore , lorsqu'il faudra les considérer comme appartenant uniquement à l'histoire de notre globe et à celle de la géographie botanique. Les différences de la végétation primitive sont tellement...
Página 104 - Parmi les arbres des catingas , il en est trois qui attirèrent mon attention par la singularité de leurs caractères. L'un d'eux , qui a beaucoup plus de deux brasses de circonférence, frappe d'autant plus que le diamètre de ceux qui l'entourent ne va guère au-delà d'un pied. Comme certaines colonnes, il est plus renflé au milieu qu'à la base ; le plus souvent il grossit déjà à peu de distance de la terre , et, à sa partie supérieure, il va en diminuant à la manière d'un fuseau. Son...
Página 88 - Ces bois avaient une ressemblance parfaite avec ceux de nos taillis où an laisse çà et là croître des baliveaux. Les arbres conservaient à peine quelques feuilles jaunâtres ou d'un pourpre foncé ; la terre était jonchée de celles qu'ils avaient perdues, et, de temps en temps, il en tombait encore quelques-unes à mes pieds. Les gazons qui bordaient le chemin avaient été brûlés par l'ardeur du soleil ; une seule acanthée laissait apercevoir de petites fleurs à deux lèvres et à tube...
Página 150 - Saint-Hilaire, le type mongol, comme il retrouve dans celui des autres tribus de la lingoa gérai un des rameaux les moins nobles de la race caucasique. Ainsi que la plupart des autres Indiens , les Botocoudos ont les cuisses et les jambes menues , les pieds petits, la poitrine et les épaules larges , le cou fort court et le nez épaté, les yeux divergents, l'os des joues très-élève ; cependant on remarque entre ces sauvages et les autres peuplades quelques-unes de ces différences qui , dans...
Página 98 - ... qui en a été faite par les habitans du pays. Toute la contrée se distingue en matos , bois , et campos , pays découvert. Ou les bois appartiennent à la végétation primitive, ou ils sont le résultat du travail des hommes. Les premiers sont les forêts vierges (matos virgens ) ; les catingas dont la végétation est moins vigoureuse que celle de ces dernières...
Página 98 - ... qui peu à peu remplacent les capoeiras , lorsqu'on est un certain temps sans couper ces dernières. Le mot campo indique un terrain couvert d'herbes , ou si l'on veut , tout ce qui n'appartient à aucune des espèces de bois que j'ai fait connaître tout à l'heure.

Información bibliográfica