De l'organisation de la force armée en France, considérée particuliérement dans ses rapports avec les autres institutions sociales, les finances de l'état, le credit public, etc., etc: extrait d'un plus grand ouvrage sur la me︠me matière. Présenté aux Chambres, en leur session de 1817, aux électeurs, aux Gardes nationaux, etc

Portada
L'Huilier, 1817 - 291 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 189 - ... reté, ni force , ni gloire , ni valeur, et l'on ne peut pas se flatter qu'on de» meure dans le repos et qu'on jouisse d'une vie commode et tranquille; car on » ne laissera pas d'être inquiété quoiqu'on n'inquiète personne. Il est onéreux » aux empires de détruire et de refaire sans cesse l'état de guerre. Combien de » fois, dans l'espace de soixante ans, l'Autriche n'at-elle pas été obligée de » reprendre le pied de guerre? — La conséquence est l'entretien d'une armée
Página 68 - Ah ! si nous ne profitons pas les premiers de ces uniques, de ces irréparables momens, pour nous donner des institutions ; si nous ne cherchons pas à nous rendre propres les dons que la Providence nous a faits, elle se retirera de nous; si nous ne méditons pas profondément les vérités gravées sur la tombe des siècles, bientôt notre liberté n'aura été qu'un essai malheureux , notre grandeur qu'une prétention injurieuse, notre gloire enfin, qu'un rêve magnifique.
Página 77 - L'Assemblée nationale décrète comme principe constitutionnel que personne ne pourra avoir un commandement de gardes nationales dans plus d'un département, et se réserve de délibérer si ce commandement ne doit pas même être borné à l'étendue de chaque district.
Página 187 - La composition détaillée des corps d'armée, des divisions et des brigades, celle des cadres des corps de troupes de toutes armes dont l'armée se compose , et les effectifs de ces corps de troupes, tant sur le pied de paix que sur le pied de guerre, seront déterminés par une loi spéciale.
Página v - des chemins fût inquiétée ; nul trouble, nul « désordre; aucun voyageur arrêté ni insulté, * et pas un excès commis à reprocher ; parie tout le plus grand respect pour les lois et « l'ordre, tel est l'aspect général qui se pré« sente au milieu de mouvemens si variés.
Página iv - Quand, dans son attitude et le sentiment de sa force, elle eu imposait encore à ses vainqueurs , et quand on pouvait craindre de voir aggraver nos maux par les sinistres présages d'une guerre civile, elle a, sans murmurer, au nom sacré du Roi et de la patrie, courbé son front sous le joug humiliant du licenciement? On a fait trop d'honneur...
Página v - Rentrés dans leurs foyers, ces militaires « ont été l'exemple de la modération et de la « sagesse; et, quoique souvent provoqués, « abreuvés de dégoûts, d'amertumes, d'incc suites.
Página vii - Ceviains régimens n'existent que de nom, dit-il : tel corps n'a que quatre-vingts hommes , et trente, à quarante chevaux. Des corps semblables ne sont rien , ni commue corps, ni .^çiume çn^fes;' ils ne sont I (ju'un moyen de placer des officiers et une occasion de dépense sans utilité.
Página 271 - Celui qui était alors le chef de l'armée et de l'état avait eu le malheur d'approuver l'idée aussi inadmissible en procédés de guerre et d'honneur, qu'insensée et dangereuse dans sa situation de se venger par un •prétefld.u^cpup -d'état des mauvais tours que nous avait joués , pendant la campagne , cet habile partisau.
Página 282 - ... pénétré de respect pour la « classe de la société la plus respectable en « effet, il se voua pour toujours au service du « soldat ; chaque heure de sou administration fut « un bienfait nouveau pour l'armée ; ses régle...

Información bibliográfica