Histoire de la révolution de 1830, précd́ée de la fin de l'Histiore de la restauration de Dulaure

Portada
Degorce-Cadot, 1872 - 504 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 380 - Le régime légal est donc interrompu ; celui de la force est commencé. Dans la situation où nous sommes placés , l'obéissance cesse d'être un devoir. Les citoyens appelés les premiers à obéir sont les écrivains des journaux ; ils doivent donner les premiers l'exemple de la résistance à l'autorité, qui s'est dépouillée du caractère de la loi.
Página 316 - Le jour où le gouvernement n'existera que par la majorité de la Chambre; le jour où il sera établi en fait que la Chambre peut repousser les ministres du Roi, et lui en imposer d'autres qui seront ses propres ministres, et non les ministres du Roi ; ce jourlà, c'en est fait, non...
Página 368 - Par cela même, la constitution de l'État est ébranlée : Votre Majesté seule conserve la force de la rasseoir et de la raffermir sur ses bases. Le droit , comme le devoir d'en assurer le maintien , est l'attribut inséparable de la souveraineté. Nul gouvernement sur la terre ne resterait debout, s'il n'avait le droit de pourvoir à sa sûreté. Ce pouvoir est préexistant aux lois , parce qu'il est dans la nature des choses. Ce sont là, sire, des maximes qui ont pour elles et la sanction du...
Página 443 - L'état des militaires légalement assuré, La réélection des députés promus à des fonctions publiques. Nous donnerons enfin à nos institutions, de concert avec le chef de l'État, les développements dont elles ont besoin. Français, le duc d'Orléans lui-même a déjà parlé, et son langage est celui qui convient à un pays libre : «Les Chambres « vont se réunir, vous dit-il ; elles aviseront aux moyens « d'assurer le règne des lois et le maintien des droits de la « nation. « La Charte...
Página 313 - Votre peuple s'en afflige, parce qu'elle est injurieuse pour lui; il s'en inquiète, parce qu'elle est menaçante pour ses libertés. « Cette défiance ne saurait approcher de votre noble cœur. Non, Sire, la France ne veut pas plus de l'anarchie que vous ne voulez du despotisme; elle est digne que vous ayez foi dans sa loyauté, comme elle a foi dans vos promesses.
Página 313 - France avait commencé à jouir, altère les sources de sa prospérité et pourrait, si elle se prolongeait, devenir funeste à son repos. Votre conscience, votre honneur, la fidélité que nous vous avons jurée et que nous vous garderons toujours, nous imposent le devoir de vous en dévoiler la cause.
Página 478 - En présence de Dieu je jure d'observer fidèlement la Charte constitutionnelle avec les modifications exprimées dans la déclaration, de ne gouverner que par les lois et selon les lois, de faire rendre bonne et exacte justice à chacun selon son droit et d'agir en toutes choses dans la seule vue de l'intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français.
Página 180 - Dites-nous quel jour vous êtes entrés en possession de la gloire , quelles sont vos batailles gagnées , quels sont les immortels services que vous avez rendus au Roi et à la patrie. Obscurs et médiocres comme nous, il nous semble que vous ne nous surpassez qu'en témérité. La tyrannie ne saurait résider dans vos faibles mains; votre conscience vous le dit encore plus haut que nous.
Página 179 - Conseillers de la couronne , auteurs de la loi, connus ou inconnus , qu'il nous soit permis de vous le demander : Qu'avez-vous fait jusqu'ici qui vous élève à ce point au-dessus de vos concitoyens , que vous soyez en état de leur imposer la tyrannie ? « Dites-nous quel jour vous êtes entrés en possession de la gloire , quelles sont vos batailles gagnées , quels sont les immortels services que vous avez rendus au Roi nt à la patrie. Obscurs et médiocres comme nous, il nous semble que vous...
Página 474 - Chambre se partage en bureaux pour discuter les projets qui lui ont été présentés de la part du Roi. 46. Aucun amendement ne peut être fait à une loi, s'il n'a été proposé ou consenti par le Roi, et s'il n'a été renvoyé et discuté dans les bureaux.

Información bibliográfica