Revue de Paris, Volumen4

Portada
Demengeot & Goodman, e.a., 1851
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 207 - Rempli de souvenirs qui m'avaient fait toujours désirer de n'être jamais destiné à monter sur le trône, exempt d'ambition et habitué à la vie paisible que je menais dans ma famille, je ne puis vous cacher tous les sentiments qui agitent mon cœur dans cette grande conjoncture; mais il en est un qui les domine tous, c'est l'amour de mon pays : je sens ce qu'il me prescrit, et je le ferai.
Página 230 - ... rendre compte de leur état. Ils tiennent leur parole, et s'écrivent des lettres pleines d'âme, de vérité, d'effusion de cœur, sans sarcasmes, sans mauvaises plaisanteries. Ces lettres présenteraient donc le contraste singulier de deux hommes, dont l'un a été toujours malheureux, et, parce qu'il a été malheureux, est devenu pape ; l'autre, toujours heureux, est resté Arlequin.
Página 224 - Non : sa vie est encore errante en mille atomes... Objet de mes chastes serments, Tu n'as point revêtu la robe des fantômes, Et tes restes encor me sont doux et charmants.
Página 220 - Marie -Joseph, à un jeune poète intéressant, qui promettait beaucoup et qui avait laissé des fragments incorrects qu'il aurait perfectionnés avec l'âge, mais à un maître déjà puissant, novateur, hardi et pur à la fois, pur jusque dans ses négligences. En un mot, M. de Latouche, en cette occasion, fit un acte de goût, original et courageux, ce qui est aussi rare et plus rare encore qu'un acte de courage dans l'ordre civil. Maintenant, comment s'y est-il pris dans les détails de la publication?
Página 216 - C'est ce que je fais. Monsieur le Comte ; mais ces boulevards, avec les caricatures, vous arrêtent à chaque pas ; une heure est bientôt passée : j'arrive devant le café Hardi, mes amis me font signe ; il faut bien déjeuner. » — « Mais enfin, en deux heures, Monsieur, on a raison de tout cela ; et parti à neuf heures de chez vous, vous pourriez encore être rendu à onze. » — « Oui, Monsieur le Comte ; mais au boulevard du Temple, on rencontre les parades, les marionnettes.
Página 219 - Le son de sa voix, on vient de nous le dire, était flatteur, insinuant; il avait de la sirène dans la voix. On avait peine à quitter sa conversation caressante, trop caressante, voluptueuse, bien que le perfide se plût toujours à vous lancer à la fin quelque parole amère qui corrompait le miel de ses cajoleries. Il avait la passion de l'épigramme.
Página 189 - ... d'un écu et décidé à n'aventurer sur aucun champ de bataille l'ordre nouveau, où la bourgeoisie, appuyée sur l'industrie et le commerce, allait assumer la magistrature souveraine : celle de l'argent. « J'ai détesté toute ma vie, disait-il, cette profonde iniquité qu'on nomme la guerre, iniquité dont le résultat est d'envoyer à la mort des milliers d'hommes qui pour la plupart sont indifférents, par position ou par tempérament, aux questions pour lesquelles on leur demande leur...
Página 223 - Latouche est là tout entier. Se promenant un jour avec un de ses amis, la veille de la première et de l'unique représentation de sa comédie, la Reine d'Espagne, il disait, en proie à une vive agitation: «Je suis comme une femme enceinte, qui voit le volume de son ventre , et qui ne sait si l'enfant sortira. — Et pourtant, reprenait-il avec énergie et frémissement, il faut bien que ça sorte. » Mais trop souvent, chez lui, les membres du poète ne sortaient qu'en pièces et dispersés.
Página 198 - ... elle refusa, en grande majorité, de combattre les insurgés de février 1848. Cette défection contribua à ôter tout courage à Louis-Philippe. Plus tard, dans son exil, il écrivait : « Lorsque j'appris que la garde nationale, cette force sur laquelle j'étais si heureux de m'appuyer, la garde nationale de Paris, pour laquelle j'ai toujours eu tant de bénévolence, qui m'avait porté au trône, qui m'avait défendu dans l'émeute, et au profit de laquelle on m'avait si souvent reproché...
Página 217 - ... comment cela se, fait-il? je ne vous y ai jamais rencontré.» C'est ainsi que la mercuriale administrative se termina. En 1811. M. de Latouche faisait représenter sur le Théâtre de l'Impératrice (Odéon) une petite comédie en un acte et en vers, les Projets de Sagesse; c'était la vie de jeune homme, d'étudiant en droit d'alors, esquissée dans des vers légers et assez bien tournés. Delmont , le jeune homme, après mainte fredaine, faisait le projet de quitter la Chaussée-d'Antin pour...

Información bibliográfica