Musée des familles: lectures du soir, Volumen23

Portada
Bureaux du Musée des Familles, 1856
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 370 - S'il te reste au fond du cœur le moindre sentiment de vertu, viens, que je t'apprenne à aimer la vie. Chaque fois que tu seras tenté d'en sortir, dis en toi-même : « Que je fasse encore une bonne action avant que de mourir.
Página 10 - Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges Jeter l'ancre un seul jour? O lac ! l'année à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris qu'elle devait revoir, Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre Où tu la vis s'asseoir ! Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ; Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés...
Página 331 - ... dans les machines que la nature présente à nos yeux, les cordes sont parfaitement bien cachées, et elles le sont si bien, qu'on a été longtemps à deviner ce qui causait les mouvements de l'univers.
Página 78 - Mes souffrances. Je fus tourmenté par les maîtres, par les tailleurs qui me faisaient les habits étroits, par les femmes, par l'ambition, par l'amour-propre, par les regrets inutiles, par les souverains et les souvenirs. CHAPITRE iv. Privations. J'ai été privé de trois grandes jouissances de l'espèce humaine : du vol, de la gourmandise et de l'orgueil. CHAPITRE v. Époques mémorables. A trente ans, j'ai renoncé à la danse, à quarante...
Página 222 - Par un ciel chaud, par un ciel clair, La mer vaut la campagne; Si le ciel bleu devient tout noir, Dans nos cœurs brille encor l'espoir, Car Dieu nous accompagne.
Página 73 - ... ajoutai-je, qu'on va plus loin que la nation ne l'entend, et plus loin qu'elle ne demande.
Página 214 - Les voitures que nous avions emmenées avec nous étaient à tout moment si agitées, quoique en pleine campagne, qu'on ne pouvait, même en les appuyant avec de grosses pierres, les arrêter en une place. La mer semblait se renverser sur elle-même, et être comme chassée du rivage par l'ébranlement de la terre. Le rivage en effet était devenu plus spacieux, et se trouvait rempli de différents poissons demeurés à sec sur le sable.
Página 331 - Notre folie à nous autres , est de croire aussi que toute la nature , sans exception , est destinée à nos usages : et quand on demande à nos philosophes , à quoi sert ce nombre prodigieux d'étoiles fixes , dont une partie suffiroit pour faire ce qu'elles font toutes , ils vous répondent froidement qu'elles servent à leur réjouir la vue.
Página 214 - Je retourne la tête, et j'aperçois derrière nous une épaisse fumée qui nous suivait, en se répandant sur la terre comme un torrent. Pendant que nous voyons encore, quittons le grand chemin, dis-je à ma mère, de peur qu'en le suivant, la foule de ceux qui marchent sur nos pas ne nous étouffe dans les ténèbres.
Página 90 - ... il avait acheté des morceaux de toiles peintes, des fragments de bois vermoulu, toutes sortes de souvenirs des temps passés, un grand lit de chêne sculpté de haut en bas; mais le lit acheté et payé, il n'avait plus eu assez d'argent pour...

Información bibliográfica