Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Dans la première sorte de termes complexes, il ne - faut pas s'étonner s'il peut y avoir de la fausseté,

parce que l'attribut de la proposition incidente est affirmé du sujet auquel le qui se rapporte. Alexandre, qui est fils de Philippe, j'affirme, quoiqu'incidemment, le fils de Philippe d'Alexandre, et par conséquent

il y a en cela de la fausseté, si cela n'est pas. + Mais il faut remarquer deux ou trois choses impor

tantes : 1° que la fausseté de la proposition incidente " n'empêche pas pour l'ordinaire la vérité de la propo

sition principale. Par exemple, Alexandre, qui a été le fils de Philippe, a vaincu les Perses, cette proposition doit passer pour vraie, quand Alexandre ne serait pas fils de Philippe, parce que l'affirmation de la pro

position principale ne tombe que sur Alexandre, et ce · qu'on y a joint incidemment, quoique faux, n'empêche point qu'il ne soit vrai qu'Alexandre a vaincu les Perses.

Que si néanmoins l'attribut de la proposition principale avait rapport à la proposition incidente, comme si

je disais, Alexandre, fils de Philippe, était petit-fils * d'Amintas, ce serait alors seulement que la fausseté

de la proposition incidente rendrait fausse la proposition principale.

2° Les titres qui se donnent communément à certaines dignités, se peuvent donner à tous ceux qui possèdent ces dignités, quoique ce qui est signifié par ces titres ne leur convienne en aucune sorte. Ainsi, parce

qu'autrefois le titre de saint et de très-saint se donnait i à tous les évêques, on voit que les évèques catholiques,

dans la Conférence de Carthage, ne faisaient point de difficulté de donner ce nom aux évêques donatistes, sanctissimus Petillianus dixit; quoiqu'ils sussent bien qu'il ne pouvait pas y avoir de véritable sainteté dans un évêque schismatique. Nous voyons aussi que

saint Paul, dans les Actes, donne le titre de très-bon ou très-excellent, à Festus, gouverneur de Judée, parce que c'était le titre qu'on donnait d'ordinaire à ces gouverneurs.

3° Il n'en est pas de même quand une personne est l'auteur d'un litre qu'il donne à une autre, et qu'il lui donne parlant de lui-même, non selon l'opinion des autres, ou selon l'erreur populaire; car on lui peut alors imputer avec raison la fausseté de ces propositions. Ainsi quand un homme dit : Aristote, qui est le prince des philosophes, ou simplement, le prince des philosophes a cru que l'origine des nerfs était dans le caur, on n'aurait pas droit de lui dire que cela est faux, parce qu'Aristote n'est pas le plus excellent des philosophes ; car il suffit qu'il ait suivi en cela l'opinion commune, quoique fausse. Mais si un homme disait: M. Gassendi, qui est le plus habile des philosophes, croit qu'il y a du vide dans la nature, on aurait sujet de disputer à cette personne la qualité qu'il voudrait donner à M. Gassendi, et de le rendre responsable de la fausseté qu'on pourrait prétendre se trouver dans une proposition incidente. L'on peut donc être accusé de fausseté en donnant à la même personne un titre qui ne lui convient pas, et n'en être pas accusé en lui en donnant un autre qui lui convient encore moins dans la vérité; par exemple: le pape Jean XII n'était ni saint, ni chaste, ni pieux, comme Baronius le reconnaît, et cependant ceux qui l'appelaient très-saint ne pouvaient être repris de mensonge, et ceux qui l'eussent appelé très-chaste, ou très-pieux, eussent été de fort grands menteurs, quoiqu'ils ne l'eussent fait que par des propositions incidentes, comme s'ils eussent dit : Jean XII, très-chaste pontife, a ordonnė telle chose. Voilà pour ce qui est des premières sortes de propo

19

sitions incidentes, dont le qui est explicatif; quant aux

autres dont le qui est déterminatif, comme, les hommes : qui sont pieux, les rois qui aiment leurs peuples, il

est certain que pour l'ordinaire elles ne sont pas susceptibles de fausseté : parce que l'attribut de la proposition incidente n'y est pas affirmé du sujet auquel le qui se rapporte. Car si on dit, par exemple, que les juges qui ne font jamais rien par prières et par faveur, sont dignes de louanges, on ne dit pas pour cela qu'il y ait aucun juge sur la terre qui soit dans cette

perfection. Néanmoins je crois qu'il y a toujours dans ? ces propositions une affirmation tacite et virtuelle, non

de la convenance actuelle de l'attribut au sujet auquel le qui se rapporte, mais de la conyenance possible. Et si on se trompe en cela, je crois qu'on a raison de trou

ver qu'il y aurait de la fausseté dans ces propositions * incidentes; comme si on disait : les esprits qui sont

carrés, sont plus solides que ceux qui sont ronds, l'idée de carré ou de rond, étant incompatible avec l'idée d'esprit pris pour le principe de la pensée, j'es

time que ces propositions incidentes devraient passer "? pour fausses.

Et l'on peut même dire que c'est de là que naissent - la plupart de nos erreurs. Car ayant l'idée d'une chose,

nous y joignons souvent une autre idée incompatible, - quoique par erreur, nous l'ayons crue compatible, ce

qui fait que nous attribuons à cette même idée ce qui

ne lui peut convenir. . Ainsi trouvant en nous-mêmes deux idées, celle de

la substance qui pense , et celle de la substance élen

due, 'il arrive souvent que, lorsque nous considérons • notre âme qui est la substance qui pense, nous y melons

insensiblement quelque chose de l'idée de la substance étendue, comme quand nous nous imaginons qu'il faut que notre âme remplisse un lieu ainsi que le remplit up

corps, et qu'elle ne serait point, si elle n'était nulle part, qui sont des choses qui ne conviennent qu'au corps. Et c'est de là qu'est née l'erreur impie de ceux qui croient l'âme mortelle. On peut voir un excellent discours de saint Augustin sur ce sujet, dans le livre 10, de la Trinité, où il montre qu'il n'y a rien de plus facile à connaître que la nature de notre âme ; mais que ce qui brouille les hommes, est que la voulant connaître, ils ne se contentent pas de ce qu'ils en connaissent sans peine, qui est que c'est une substance qui pense, qui veut, qui doute, qui fait ; mais ils joignent à ce qu'elle est ce qu'elle n'est pas, se la voulant imaginer sous quelques-uns de ces fantômes sous lesquels ils sont accoutumés de concevoir les choses corporellos.

Quand d'autre part nous considérons le corps , nous avons bien de la peine à nous empêcher d'y mêler quelque chose de l'idée de la substance qui pense : ce qui nous fait dire des corps pesants, qu'ils veulent aller au centre; des plantes, qu'elles cherchent les aliments qui leur sont propres; des crises d'une maladie, que c'est la nature qui s'est voulu décharger de ce qui lui nuisait; et de mille autres choses, surtout dans nos corps, que la nature veut faire ceci, ou cela, quoique nous soyons bien assurés que nous ne l'avons point voulu, n'y ayant pensé en aucune sorte, et qu'il soit ridicule de s'imaginer qu'il y ait en nous quelque autre chose que nous-mêmes qui connaisse ce qui nous est propre ou nuisible, qui cherche l'un et qui fuit l'autre.

Je crois que c'est encore à ce mélange d'idées incompatibles qu'on doit attribuer tous les murmures que les hommes font contre Dieu. Car il serait impossible de murmurer contre Dieu, si on le concevait véritablement selon ce qui est tout-puissant, tout sage et tout bon. Mais les méchants le concevant comme tout-puissant et comme le maître souverain de tout le monde, lui

attribuent tous les malheurs qui leur arrivent, en quoi ils ont raison; et parce qu'en même temps ils le conçoivent cruel et injuste, ce qui est incompatible avec sa bonté, ils s'emportent contre lui, comme s'il avait eu tort de leur envoyer les maux qu'ils souffrent.

CHAPITRE VIII.

Des propositions complexes selon l'affirmation ou

la négation, et d'une espèce de ces sortes de propositions que les philosophes appellent modales.

. Outre les propositions dont le sujet ou l'attribut est un terme complexe, il y en a d'autres qui sont complexes, parce qu'il y a des termes ou des propositions incidentes qui ne regardent que la forme de la proposition, c'est-à-dire, l'affirmation ou la négation qui est exprimée par le verbe, comme si je dis : je soutiens que la terre est ronde : je soutiens n'est qu'une proposition incidente, qui doit faire partie de quelque chose dans la proposition principale; et cependant il est visible qu'elle ne fait partie ni du sujet ni de l'attribut, car cela n'y change rien du tout, et ils seraient conçus entièrement de la même sorte si je disais simplement, la terre est ronde. Et ainsi cela ne tombe que sur l'affirmation qui est exprimée en deux manières : l'une à l'ordinaire păr le verbe est, la terre est ronde, et l'autre plus expressément par le verbe je soutiens.

C'est de même quand on dit : je nie, il est vrai, il

« AnteriorContinuar »