Imágenes de páginas
PDF
EPUB

De l' Accusatif.

[ocr errors]

Les verbes qui signifient des actions qui passent hors de ce qui agit, comme battre, rompre, guérir, aimer, haïr, ont des sujets où ces choses sont reçues, ou des objets qu'elles regardent. Car si on bat, on bat quelqu'un; si on aime, on aime quelque chose, etc. Et ainsi ces verbes demandent après eux un nom qui soit le sujet ou l'objet de l'action qu'ils signifient. C'est ce qui a fait donner aux noms, dans les langues qui ont des cas, une nouvelle terminaison qu'on appelle l'accusatif. Amo Deum. Cæsar vicit Pompeïum.

Nous n'avons rien dans notre langue qui distingue ce cas du nominatif. Mais comme nous mettons presque toujours les mots dans leur ordre naturel, on reconnoît le nominatif de l'accusatif, en ce que, pour l'ordinaire, le nominatif est avant le verbe, et l'accusatif après. Le roi aime la reine. La reine aime le roi. Le roi est nominatif dans le premier exemple, et accusatif dans le second, et la reine au contraire.

De lAblatif.

r

1

ucun

Outre ces cinq cas, les Latins en ont un sixième, qui n'a pas été inventé pour marquer seul aucun rapport particulier, mais pour être joint à quelqu'une des particules qu'on appelle prépositions. Car comme les cinq premiers cas n'ont pas pu suffire pour mara quer tous les rapports que les choses ont les unes aux autres, on a eu recours, dans toutes les langues, à un autre expédient, qui a été d'inventer de petits mots pour être mis avant les noms, ce qui les a fait appeler prépositions ; comme le rapport d'une chose en laquelle une autre est, s'exprime en latin par en, et en françois par dans : Vinum est in dolio, le vin est dans le muid. Or dans les langues qui ont des cas, on ne joint pas ces prépositions à la première forme du nom, qui est le nominatif, mais à quelqu'un des autres cas. Et en latin , quoiqu'il y en ait qu'on joigne à l'accusatif, amor erga Deum , amour envers Dieu , on a néanmoins inventé un cas particulier, qui est l'ablatif, pour y en joindre plusieurs autres dont il est inséparable dans le sens : au lieu que l'accusatif en est souvent séparé, comme quand il est après un verbe actif ou avant un infinitif.

Ce cas, à proprement parler, ne se trouve point au plurier, où il n'y a jamais pour ce cas une terminaison différente de celle du datif. Mais parce que cela auroit brouillé l'analogie, de dire, par exemple, qu'une préposition gouverne l'ablatif au singulier, et le datif au plurier, on a mieux aimé dire que ce nombre avoit aussi un ablatif, mais toujours semblable au datif.

C'est par cette même raison qu'il est utile de donner aussi un ablatif aux noms grecs , qui soit toujours

semblable

semblable au datif, parce que cela conserve une plus
grande analogie entre ces deux langues, qui s'apprennent
ordinairement ensemble.
· Et enfin, toutes les fois qu'en notre langue un nom
„est gouverné par une préposition quelle qu'elle soit :
Il a été puni pour ses crimes ; il a été amené par
violence; il a passé par Rome; il est sans crime; il est
allé chez son rapporteur ; il est mort avant son père :
nous pouvons dire qu'il est à l'ablatif, ce qui sert
beaucoup pour bien s'exprimer en plusieurs difficultés
touchant les pronoms.

son

[merged small][ocr errors][merged small]

La signification vague des noms communs et appellatifs, dont nous avons parlé ci-dessus, chap. IV, n'a pas seulement engagé à les mettre en deux sortes.de nombres, au singulier et au plurier, pour la déterminer ; elle a fait aussi que presque en toutes les langues on a inventé de certaines particules, appelées articles , qui en déterminent la signification d'une autre manière, tant dans le singulier que dans le plurier.

Les Latins n'ont point d'article; ce qui a fait dire sans raison à Jule-César Scaliger, dans son livre des Causes de la Langue latine , que cette particule étoit)

san

inutile, quoiqu'elle soit très-utile pour rendre le discours plus net, et éviter plusieurs ambiguités.

Les Grecs en ont un, ó, ý, to.

Les langues nouvelles en ont deux; l'un qu'on appelle défini, comme le , la , en françois ; et l'autre in- . défini, un, une.

Ces articles n'ont point proprement de cas, non plus que les noms. Mais ce qui fait que l'article le semble en 'avoir, c'est que le génitif et le datif se font toujours au plurier, et souvent au singulier, par une contraction des particules de et à, qui sont les marques de ces deux cas, avec le plurier les , et le singulier le. Car au plurier, qui est commun aux deux genres, on dit toujours au génitif des, par contraclion de de les : les rois, des rois, pour de les rois; et au datif aux pour à les , aux rois , pour à les rois, en ajoutant à la contraction le changement d'l en u, qui est fort commun en notre langue; comme quand de mal on fait maux, de altus, haut, de alnus, aune.

On se sert de la même contraction et du même changement d'l en u au génitif et au datif du singulier, aux noms masculins qui commencent par une consonne. Car on dit du pour de le, du roi, pour de le roi ; au pour d le, au roi, pour à le roi. Dans tous les autres masculins qui commencent par une voyelle, et tous les féminins généralement, on laisse l'article comme il étoit au nominatif; et on ne fait qu'ajouter

de pour le génitif, et à pour le datif. L'état, de l'état, à l'état. La vertu , de la vertu , à la verti.

Quant à l'autre article, un et une, que nous avons appelé indéfini , on croit d'ordinaire qu'il n'a point de plurier. Et il est vrai qu'il n'en a point qui soit formé de lui-même; car on ne dit pas, uns , unes, comme font les Espagnols, unos animales ; mais je dis qu'il en a un pris d'un autre mot, qui est des avant les substantifs, des animaux ; ou de, quand l'adjectif précède, de beaux lits, etc. ou bien, ce qui est la même chose, je dis que la particule des ou de tient souvent au plurier le même lieu d'article indéfini, qu'un au singulier.

Ce qui me le persuade, est que dans tous les cas, hors le génitif, pour la raison que nous dirons dans la suite, par-tout où on met un au singulier, on doit mettre des au plurier, ou de avant les adjectifs.

| Iin crime si horrible mérite la mort. Nominatif. { Des crimes si horribles (ou) de si horribles crimes 1 méritent la mort.

sun crime horrible. Accusatif. Il a commis des crimes horribles (ou) d'horribles

I crimes.

pour un crime horrible. Ablatif. Il est puni { pour des crimes horribles (ou) pour

ľ d'horribles crimes.

fà un crime horrible. Datif. Il a eu recours à des crimes horribles (ou) d d'hor

! ribles crimes.

d'un crime horrible. Génitif. Il est coupable de crimes horribles (ou) dhorribles

crimes.

« AnteriorContinuar »